Cochon Allemand général

Knud Romer compose dans Cochon d’allemand l’émouvante histoire de sa famille, rejetée par les Danois, à cause des origines allemandes de sa mère. Un enchaînement presque cinématographique de brèves séquences fait défiler les personnages en Allemagne et au Danemark des années trente jusqu’au années soixante-dix. […]
Un enfant témoin du mépris permanent dont est frappée sa mère, trop petit pour l’aider, malgré tout son amour.
(quatrième de couverture du livre Cochon d’Allemand aux éditions Les Allusifs)
 
 

... une histoire politique...

Construisant un espace-temps original à même de mettre en scène des périodes historiques reliées mais éloignées, Romer restitue le cours de l’Histoire. Derrière le destin de la famille, il y a celui de l’Allemagne (Est et Ouest) et du Danemark, il y a les nazis et les résistants communistes, le IIIe Reich agonisant et l’Europe en construction. D’un récit sur la violence contre sa mère, Romer parvient à faire un récit sur la violence de l’Histoire. D’une grande force.

... et une histoire d’époque...

 

 

Après le conte et la fable, le choix de la compagnie s’est porté sur le roman de Knud Romer : Cochon d’Allemand, qui lors de sa parution en 2006, a suscité un engouement et une onde de choc au sein de la société danoise.
Elle poursuit donc son exploration du phénomène de bouc émissaire au travers de l’adaptation de cette œuvre littéraire en s’attachant aux souvenirs d’une enfance poignante et à la mémoire collective, dans un contexte d’après guerre.
Ce témoignage littéraire contant l’histoire personnelle d’un bouc émissaire s’entrecroise avec des paroles et des textes d’enfants et d’adolescents récoltés sur ce thème au fil d’ateliers. 
Du bouc émissaire d’hier aux boucs émissaires d’aujourd’hui, un théâtre d’expériences et de vie se construit confrontant ces deux univers, interrogeant ces deux paroles dans leur dis-continuité, dans leur dés-actualité.
Cette nouvelle création se veut comme une proposition en mouvement autour d’une parole ancrée dans le souvenir (enfant d’après guerre) qui se meut vers la parole de jeunes d’aujourd’hui.

 
 
Durée
45 min
Avec en alternance
Emilie Martinez, Magdi Reijichi, Magali Faure,
Stéphane Gisbert, Marion Lalauze, Félix Fujikkkoon
Mise en lecture collective
23-11-2017 Accueil Mentions légales Plan du site Syndiquer le site